Méthodologie

 

Ce projet naît de la recherche de qui suis-je et de la compréhension de l’amour . L’amour est l’acceptation de toutes les différentes expressions de la Source, de cette énergie infinie à laquelle nous tous appartenons. Lorsque nous acceptons, nous cessons de nous battre, et nous permettons à la vie de s’exprimer à travers nous (corps physique, émotionnel et mental).

Tout ce que nous percevons dans notre réalité n’est rien d’autre qu’une projection de notre système de croyances et d’émotions. Ce que nous percevons de l’extérieur est une interprétation subjective de ce qui est dans notre intérieur. Comprendre ça, c’est le premier point important pour l’acceptation, l’amour inconditionnel et la paix : prendre conscience que nous sommes ceux qui projetons la réalité que nous percevons.

Une fois que nous en avons pris conscience, l’étape suivante est de nous rendre responsables en assumant que ce que nous ressentons, pensons et croyons n’a pas de cause extérieure. Tout est né de nous. Par conséquent, nous ne sommes pas victimes de ce monde. C’est en validant ce concept que nous découvrons que chaque personne ou situation nous montre un aspect que le soi ne reconnaît pas. Les personnes et les situations que nous percevons comme étrangères éveillent simplement en nous des émotions et des sensations qui existent dans les profondeurs de notre être et que nous n’avons pas acceptées à un moment donné de notre vie. La personne ou la situation concrète nous met face à un miroir, parce que nous reconnaissons finalement un sentiment rejeté.

Le travail d’acceptation consiste à reconnaître cette émotion ou sensation, et c’est aussi facile que de s’arrêter et de le ressentir. En fait, la plupart d’entre nous avons accepté de fausses croyances comme étant vraies, et l’une de ces croyances consiste à juger en pensant qu’il y a des sentiments qui méritent d’être ressentis et pas d’autres. La joie est davantage plus permise que la rage, la jalousie, la peur, la douleur, la tristesse. Le jugement naît de la dualité : quand on pense être séparé de l’autre. En fait, l’acceptation revient à ressentir pleinement ce que nous ressentons dans le moment présent, sans aucune forme de lutte ou de retenue ; je dis dans le moment présent parce que c’est le seul qui existe : tout se passe en cet instant. Donc, vivre en plénitude, c’est être conscient de l’instant présent avec tout ce dont il est fait.

Une fois que nous commençons à réaliser que tout ce que nous percevons dans notre vie est une projection de notre intérieur et que nous entamons le processus de responsabilité, toutes les émotions que nous avons niées jusqu’à présent commencent à émerger à la surface (tristesse, colère, frustration, douleur, etc.).

Il est nécessaire de les reconnaître. La seule façon qui me permet de reconnaître et que je peux/veux partager avec vous, c’est de passer par l’expérience. La plupart d’entre nous, quand nous ressentons de la tristesse ou de la douleur, voulons quitter cet état. Le moment où nous voulons changer dévoile qu’il n’y a pas d’acceptation. Or, le fait de ne pas permettre à ce sentiment de s’exprimer pleinement va stocker quelque part en nous cette phase d’acceptation pour la mettre en attente jusqu’à un véritable consentement.

Une fois que l’on est dans cette compréhension et cette ouverture volontaire, l’Autre est là pour nous montrer des aspects de nous que nous n’avions ni reconnus ni acceptés auparavant. Posez-vous la question : “Quelle sensation se réveille en moi quand je regarde la personne ou la situation donnée ?”.

La vie nous met en face de tout ce dont nous avons besoin, pour pouvoir mettre de l’amour et de l’acceptation là où il y a la peur. Il ne s’agit pas d’être amical, content et/ou heureux tout le temps. C’est très fatiguant de devoir être ce que nous ne sommes pas dans le moment présent. Soyons simplement ce que nous sommes, et ressentons ce que nous ressentons, tout cela sans aucune interférence. Le chemin de l’amour passe par cette honnêteté. La seule chose que nous devons faire dans cette existence est de prendre soin de nous, d’assumer entièrement notre vie dans l’expérience.

Présence et responsabilité de chaque instant présent :
Quand nous faisons un acte de présence, ce n’est pas grave ce que nous ressentons : nous voulons juste le sentir, nous avons besoin de passer par les émotions pour nous reconnecter à nous-mêmes et savoir que nous ne sommes pas ce que nous ressentons, nous ne sommes pas l’émotion elle-même mais la conscience et le constat de cette émotion ressentie L’amour est l’acceptation de tout ce qui est dans le moment présent. L’autre n’est pas un ennemi. L’Autre est le meilleur maître spirituel que nous puissions avoir en ce moment : en regardant l’autre ainsi, c’est-à-dire comme un autre soi, il nous donne l’opportunité de nous responsabiliser en assumant enfin ces parties de nous que nous ne voyons pas et que nous n’acceptons pas. Pouvoir les reconnaître en nous, c’est faire un pas vers la guérison (physique, émotionnelle, mentale).

Marta Godayol Garcia